01 janvier 2018

Itsukushima-jinja



Un Sage a (sûrement) dit un  jour : " La route du retour vers la maquette peut être longue et tortueuse". Dans mon cas, après plus de cinq ans de pause plus ou moins volontaire, ce chemin est de nouveau passé par le Japon avec son architecture traditionnelle. En l'occurrence, mon choix s'est porté sur une évocation par la marque nippone Fujimi du sanctuaire shintoïste d'Itsukushima, implanté sur l'île de Miyajima dans la baie d'Hiroshima.

J'écris "évocation" car le kit propose deux éléments du site à des échelles différentes et non précisées, dont son fameux Torii flottant, et parce que le bâtiment principal n'est que partiellement représenté - et passablement simplifié. Cette imprécision autorisant une interprétation personnelle, je me suis livré à un exercice de style, histoire de me dérouiller les pinceaux avant d'attaquer bientôt (?) des modèles moins paisibles et probablement moins colorés. Quoique...

L'ensemble a été peint à l'aide de teintes plus variées qu'il n'y parait, issues des gammes Tamiya et Prince August, atténuées par des jus très dilués de peinture à l'huile Rembrandt ; les effets métallisés ont été obtenus à l'aide de "old bronze" True Metal de chez AK Interactive ; le "glaçage" du plan d'eau a été réalisé - non sans quelques coulures accidentelles et jurons mal retenus - par épandage direct de vernis brillant Pébéo.

Les Kamis seuls savent si l'année du Chien verra ce montage suivi par d'autres, mais c'est bien mon intention, ayant eu largement le temps de stocker quelques idées et boites à cette fin.

Pour en savoir davantage


























◀︎ Outil improvisé pour poncer les pièces arrondies dans des endroits difficiles d'accès : la tige de métal courbée garde tendue une bande de papier de verre - dispositif relativement fragile mais très pratique
























































 Bonjour chez vous !

1 commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...